Flèche bas Actualités

↓ vendredi 10 juillet 2020

Contact

 

     BILLET DU JOUR, BILLET D'HUMOUR  : "33 euros et 20 centimes" annonce l'hôtesse  de caisse bâillonnée dans sa cage de verre.  "Est-ce que vous acceptez les espèces ?" marmonnai-je à mon tour.
  "Oh ! non monsieur. Par carte seulement !" Tiens, mon argent n'est pourtant pas sale, comme celui des trafiquants. Il n'a pas d'odeur non plus (1). Tant pis, je présente ma carte. "Sans-contact, posez-là seulement !" C'est fou comme un masque change la voix et la personne. Va-t-elle sortir un colt ? Je m'exécute fidèlement. "La consigne, c'est la consigne" disait l'allumeur de réverbères. Ce beau matin d'avril, le "sans-contact" me paraissait plutôt "sans-tendresse", comme une entrée en milieu carcéral. Mais, j'en suis sûr : le beau temps reviendra.  En uniforme sévère et rangers aux pieds , le gardien qui surveille à l'entrée la désinfection des mains fait effectivement  penser aux pénitenciers. Tant pis, on s'habitue. Soudain, malheur, la distanciation m'empêche de reconnaître  Sophie qui agite sa main à qui mieux-mieux pour me faire bonjour ! "Enlevez-moi ces masques que je ne saurais voir - Par de pareils objets les âmes sont blessées!"  Molière, au secours ! Tant pis, je chantonne en poussant mon chariot :" Le beau temps reviendra, il l'a promis . . ."
     Oui mes amis, le "sans-contact" c'est l'avenir, la sécurité,  le bonheur assuré ! Mais il faut du tact pour aimer le sans-contact. Voyez : votre voiture : elle se ferme et s'ouvre toute seule, sans que vous ayez à chercher votre satanée clé de contact peut-être oubliée sur le tableau de bord . Plus de contact, que faire ? Autrefois,  Il fallait contacter un dépanneur ! " J'arrive mais donnez-moi un téléphone pour vous contacter au cas où . . ." Parfait, mais puisque l'on parle bagnole, je vous conseille les "Pneus Contact" C'est plus sécurisant . Sur la route des vacances , le beau temps reviendra ! Youpi ! Au fait, avez-vous repris contact avec vos proches, vos amis, vos voisins ? Oui bien sûr.  Le sans-contact, c'est sans amour, sans tendresse. Vivre sans tendresse, on ne le peut pas !
     Un de nos anciens curés avait beaucoup de contacts dans sa paroisse. De retour sur son Solex, il allait droit à son poste de radiocassettes. Aussitôt, des chants à la Vierge, des refrains d'église, des chants grégoriens emplissaient l'atmosphère. "Je ne suis jamais seul !" aimait-il à répéter en souriant.  Il vivait à plein cœur la tendresse de sa grande famille spirituelle. "Chers frères et sœurs en Jésus-Christ . . ."
    
     Hilaire Ferchaud
 
Contact  pour commentaires : hilaire.ferchaud@wanadoo.fr
(1) : Fils de l'empereur romain Vespasien, Titus aurait reproché à son père d'avoir mis un impôt sur les toilettes publiques afin de gagner beaucoup d'argent.. Celui-ci aurait rétorqué :"L'argent n'a pas d'odeur !"
 
 La tendresse (Bourvil)

On peut vivre sans richesse presque sans le sou
Des seigneurs et des princesses y'en a plus beaucoup
Mais vivre sans tendresse on ne le pourrait pas
Non, non, non, non, on ne le pourrait pas

On peut vivre sans la gloire qui ne prouve rien
Etre inconnu dans l'histoire et s'en trouver bien
Mais vivre sans tendresse il n'en est pas question
Non, non, non, non, il n'en est pas question

Quelle douce faiblesse, quel joli sentiment
Ce besoin de tendresse qui nous vient en naissant
Vraiment, vraiment, vraiment

Le travail est nécessaire mais s'il faut rester
Des semaines sans rien faire eh ! bien, on s'y fait
Mais vivre sans tendresse le temps vous paraît long
Long, long, long, long, le temps vous paraît long

Dans le feu de la jeunesse naissent les plaisirs
Et l'amour fait des prouesses pour nous éblouir
Oui mais sans la tendresse l'amour ne serait rien
Non, non, non, non, l'amour ne serait rien

Quand la vie impitoyable vous tombe dessus
On n'est plus qu'un pauvre diable broyé et déçu
Alors sans la tendresse d'un coeur qui nous soutient
Non, non, non, non, on n'irait pas plus loin

Un enfant vous embrasse parce qu'on le rend heureux
Tous nos chagrins s'effacent, on a les larmes aux yeux
Mon Dieu, mon Dieu, mon Dieu, on a les larmes aux yeux

Dans votre immense sagesse, immense ferveur
Faites donc pleuvoir sans cesse au fond de nos coeurs
Des torrents de tendresse pour que règne l'amour
Règne l'amour . . . jusqu'à la fin des jours !
 
Besoin de contact ?? 
 
Nous n’avons le droit de descendre au restaurant devenu cantine que si 
je ne parle à personne. Bien que reconnue par test négative il me faut 
obéir au protocole : tu as eu de la fièvre tu dois rester confinée 14 
jours, négative ou non et Mme protocole est difficile à convaincre que 
je n'ai nul besoin de confinement a dit le docteur. Le besoin de contact 
vital est à bannir de notre vocabulaire : masque et confinement sont les 
deux mots de Mme protocole, infirmière qui n'a pas le droit de soigner, 
seulement le droit de protocoler !!! Vilain néologisme à sonorité 
agressive. Je suis passée au travers du protocole sans le savoir pour 
aller chez la kiné. Mais c'est à ce prix que le virus serait incapable 
de nous contacter. Il me faut rassembler les forces qu'il me reste pour 
que le protocole n'avale pas mon goût inopportun pour le contact avec 
autrui et perdre mon goût mortel de nuire à autrui. Bref j'en appelle à 
mon sens de l'humour ! Le virus a gagné sur notre désir et besoin d'un peu 
de liberté, mais l'ordinateur permet de garder le contact  avec vous tous.
A bientôt.
 
Madeleine 



 

 

↓ samedi 11 juillet 2020

La Paix, c'est par où ?

 

     Née au lendemain de la Seconde Guerre Mondiale de la volonté de construire un Monde de Paix, de contribuer au développement  économique  des pays en difficulté et de garantir le respect universel des Droits de l'Homme, l'Organisation des Nations Unies (O.N.U.) vient de fêter ses  75 ans. Au travers de ces trois objectifs, elle embrasse toujours entre ses grands bras la tâche la plus grande et la plus noble qui soit pour l'Humanité. Cependant, voyons si aujourd'hui son grand âge ne la rendrait pas plus "vulnérable", moins visible ou si, au contraire, elle ne parlerait pas un langage nouveau et toujours universel.
     Nos aînés s'exclament avec raison :
"75 ans sans guerre sur notre territoire, ça n'était jamais arrivé !" Oui, c'est vrai, mais dans le même temps, posons-nous la question de savoir ce  qu'est  devenu le refrain "Plus jamais, jamais la guerre ! " que nous chantions à pleines voix en 1995 lors du cinquantième anniversaire ?  Depuis , le monde a-t-il toujours autant faim et soif de paix ?  Autre question : comment voyons-nous le monde de demain ? Toujours plus moderne, plus riche, plus technique, plus puissant ou au contraire, le voyons-nous toujours plus préoccupé de  coopération, d'éducation, d'entraides, de rapprochements et d'écoute ? Un monde pétri d'humanité en quelque sorte ?  Ces deux visions ne sont pas incompatibles, bien au contraire, mais le dosage de chacune  est difficile à équilibrer.  L'entraide et les amitiés vécues dans nos rues et nos quartiers ne gênent en rien notre propre indépendance . Par ailleurs, le Coronavirus nous a peut-être ouvert plus grands les yeux sur ce qui est bon ou mauvais pour la Planète.
     C'est un fait : rien n'est simple parmi les hommes ! Ici, des accords signés hier sont balayés d'une signature lourde de conséquences. Mon pays d'abord ! Ailleurs, on brandit l'étendard d'un nationalisme pur et dur. Et malgré cela l'O.N.U. poursuit ses missions.  Aujourd'hui, si 193 Etats sur les 197 que compte le monde sont présents dans ses services, tous ne paient pas leurs cotisations, loin s'en faut. Et le budget voit rouge !  Dommage mais nos résultats électoraux encore tout  fumants confirment que la paix est polymorphe. Quelques places-fortes étant tombées, de grandes villes espèrent retrouver  une respiration de qualité. La Paix d'aujourd'hui n'est plus chez nous l'opposé  de la guerre d'hier ; elle peut nicher dans les forêts. L'O.N.U. travaille aussi ce sujet.
 
     Hilaire Ferchaud                         
P.S. - Avis ou propositions des lecteurs : hilaire.ferchaud@wanadoo.fr
 
 
CASQUE BLEU 

1.- Il avait décidé de les repeindre en bleu
Ces pays déchirés mis à sang et à feu.
Il y a tant à donner dans un cœur généreux.
L’O.N.U. l’a envoyé, il est parti heureux.

Refrain :
Il y avait un soleil Tout au fond de ses yeux, si bleus
Si ça n'est pas la paix, Ça lui ressemble un peu.
Il rêvait de soleil Et d’un monde plus bleu,
Le soldat de la paix, le petit casque bleu.

2.- Y-a-c’qui est JUSTE et VRAI, mais personne n’en veut
Le DROIT est bafoué, tout le monde se voile les yeux.
On est parfois paumé, mais on fait ce qu’on peut ;
On peut même en chialer, quand on est casque bleu.

Refrain 2 :
Il y avait un soleil  Tout au fond de ses yeux, si bleus
Si ça n’est pas la paix, ça lui ressemble un peu.
Il rêvait de soleil Et d’un monde plus bleu,
Le soldat de la paix, fier d’être un casque bleu.

3.- Il lui avait juré à cette fille aux yeux bleus,
Que bientôt il reviendrait et que ce serait merveilleux.
Mais un jour sans clarté, dans un matin brumeux
Le sniper a tiré sur la colombe bleue.

Refrain 3 :
Il y avait un soleil Tout au fond de ses yeux, si bleus
Je crois bien que la Paix lui ressemblait un peu.
Il rêvait de soleil Et d’un monde plus bleu,
Le soldat de la paix, le petit casque bleu.

4.- Il avait décidé de les repeindre en bleu
Ces pays déchirés mis à sang et à feu.
L’O.N.U. l’a envoyé, il est parti heureux ;
La Paix lui ressemblait, il était casque bleu.

                             (Jean-Claude Gianadda)
 
 LA PAIX, C’EST PAR OÙ ?


C’est par là!... Et si l’on commençait à chercher en nous.

 Pour se préserver du bruit du monde moderne, nous avons besoin de sanctuaires fiables. Organisons notre espace intérieur avec des pratiques de méditation et de relaxation de façon à savoir que nous aurons toujours un endroit où trouver la paix.

 « La paix commence avec un sourire », disait Mère Thérésa. De temps en temps, dans la vie quotidienne, on reçoit d’un inconnu un sourire qui nous surprend par sa générosité, comme s’il provenait d’un cœur débordant de bienveillance! Considérons ces sourires comme des cadeaux précieux de paix et sourions en retour. Cela nous fera oublier les personnes souffrantes qui font souffrir les autres.

Je crois qu’une personne qui a une vie équilibrée, qui est en harmonie avec elle-même, ressent une impression de fraîcheur, de légèreté, de douceur. Elle n’a qu’un seul désir, c’est de partager sa joie, son bonheur et son amour de la vie.

Être en paix avec notre environnement, cela suppose une grande vigilance et discernement. En envoyant de l’amour inconditionnel, sincère, compatissant, aux autres nous apporterons des vibrations de paix sur terre et, inconsciemment, nous atténuerons des conflits et empêcherons des actes de malveillance. La première personne à en bénéficier sera nous-même.

- La seule chose digne de confiance, c’est la vibration du cœur. La vérité s’y trouve, l’amour y loge, la paix et la tranquillité sont ses co-locataires.


             Monique – la petite canadienne -


 

Flèche bas Articles

Feuille mensuelle de juillet 2020

article paru le 25 juin 2020

 


La feuille mensuelle pour le mois de juillet 2020 est disponible dans chaque église. Elle peut être retrouvée sur ce site en cliquant ICI

Planning des messes du 5 juillet 2020 au 15 novembre 2020

article paru le 25 juin 2020

Vous trouverez le planning des messes pour la pétiode du 5 juillet au 15 novembre 2020 en cliquant ICI

Dates à retenir

article paru le 17 avril 2020

 

 

 

 

 

Informations- Dépliant 2020

article paru le 19 janvier 2020

Vous cherchez des infos ou des renseignements sur la vie de la paroisse St Cécile de Loire et Divatte. N'hésitez pas à consulter le dépliant paroissial 2020 élaboré par L'E.A.P. (Equipe d'Animation Paroissiale).

nous contacter - mentions légales - XHTML 1.0